Trouver votre formation en région Centre-Val de Loire

Plus de critères

Le Compte personnel de formation de transition (CPF de transition)

Le Compte personnel de formation de transition (CPF de transition) remplace le Congé individuel de formation (CIF) au 1er janvier 2019.

Les salariés peuvent bénéficier d'un congé rémunéré pour réaliser leur projet de formation. Les conditions d'ancienneté sont les mêmes que le CIF, sauf en cas d’inaptitude avérée ou de réemploi après un licenciement économique ou pour inaptitude (en l’absence de formation après ce dernier).

A défaut de CPF suffisant, les projets de transition professionnelle (changement de métier ou de profession) peuvent être financés par abondement du CPF par une CPIR, commission paritaire interprofessionnelle régionale agréée (les Fongecif assureront cette mission jusqu'au 31/12/2019).
Chaque projet certifiant dans le cadre d’un CPF de transition devra être validés par la commission paritaire interprofessionnelle régionale, au vu d'un positionnement préalable pour adapter la durée du parcours.

Un accompagnement du Conseil en évolution professionnelle (CEP) pourra aussi être réalisé.

La CPIR rembourse à l'employeur le salaire maintenu aux salariés bénéficiaires par l’employeur.

Les congés de bilan, d’examen, d'enseignement et de recherche ont été supprimés par la Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

Pour les salariés démissionnaires ayant un projet de reconversion, ces derniers peuvent bénéficier, sous conditions spécifiques, d’une allocation de l’Unédic, en particulier une condition d’activité antérieure (au moins 5 ans d’affiliation continue) et la possibilité de recourir au dispositif une fois tous les 5 ans.

Le bénéficiaire doit présenter à Pôle emploi un projet de reconversion nécessitant le suivi d’une formation, ou de création/reprise d’entreprise.
Préalablement à sa démission, il doit avoir sollicité un Conseil en évolution professionnelle (CEP).

Le caractère réel et sérieux du projet doit être reconnu par la commission paritaire (CPIR).
 

Pôle emploi contrôle la réalité des démarches accomplies dans les 6 mois suivant l’ouverture du droit à l’allocation.